Cotisations et contributions solidaires …. Un système alternatif ?

Pour rompre avec la logique du profit des uns aux dépens des autres, même si le prélèvement d’intérêt sur les prêts peut avoir du sens, visant à rétribuer le travail de mise en œuvre, d’accompagnement des projets et la couverture des risques en cas d’échec, le passage à un fonctionnement fondé sur la cotisation, potentiellement lié au niveau de ressource des actrices et acteurs du système, a l’avantage de clarifier nos choix entre bonnes et mauvaises pratiques…

La mutualisation des moyens disponibles au sein du réseau permet de développer efficacement l’économie alternative à laquelle nous aspirons grâce à la logique du partage au service de l’intérêt commun. Les richesses des uns sont ainsi mises au service des initiatives et projets des autres, en vue de répondre aux besoins essentiels du plus grand nombre.

Ce fonctionnement, associé à une pratique de financement participatif, de don et de contribution solidaire, dément clairement le principe qui voudrait s’imposer à nos esprits, selon lequel seule la rémunération du capital investi peut être le moteur d’une économie de progrès répondant aux besoins de toutes et tous, dans une logique de ruissellement de la richesse du haut vers le bas…